Actualités

Réveillon de la Saint Sylvestre

cjs_reveillon_2017
Avec spectacle "A la découverte du Monde"
En savoir plus...

Repas dansant avec spectacle

cjs_repas_dansant_2017
Avec spectacle années 80 /90 - Goldman, Balavoine...
En savoir plus...

Forum des Associations

forum_associations_2017
Rencontrez les associations de Maignelay-Montigny
En savoir plus...

Week-end à Paris

cjs_sortie_paris
Organisé par le CJS les 21 et 22 octobre 2017
En savoir plus...

Réveillon de la Saint Sylvestre

cjs_reveillon_2017
Avec spectacle "A la découverte du Monde"
En savoir plus...

L'église Sainte Marie-Madeleine

L'Eglise Sainte Marie-Madeleine a été bâtie de 1498 à 1516 par Louis d'Halluin, premier seigneur de sa lignée qui ait résidé à Maignelay.

Il en aurait donné le plan avant de partir suivre Charles VIII pour les guerres d'Italie. Au retour, il fut si mécontent de l'ouvrage qu'il voulut le faire démolir ; il trouvait le choeur trop petit, la voûte trop basse. Pourtant, il fit achever la construction par Vast, de la famille des architectes de la cathédrale de Beauvais. L'originalité de cette église provient des quatre éléments architecturaux ou décoratifs suivants : son porche, ses voûtes, son retable et ses deux chapelles superposées.

Le Porche

En saillie, il se compose de trois arcades disposées en trapèze, disposition originale et peu fréquente, qu'on retrouve à Saint Maclou de Rouen et Saint Germain eglise_sainte_marie-madeleine_porched'Argentan (Orne).

Les arcades sont presque plein cintre, forme à nouveau prisée par la Renaissance. Elles sont chargées de pampres et de festons et couronnées par une balustrade à jour. Ce porche comportait des statues, détruites à la Révolution, et des scènes peintes dont il ne reste aucune trace.

On peut penser que ce porche fut conçu comme une entrée monumentale, sorte de "dais d'accueil" destiné à accueillir Louis d'Halluin, ancien maître des cérémonies du Roi, en Italie, à la manière somptueuse et solennelle des cours italiennes de la Renaissance (d'après Patrick Ansar).

Les Voûtes

Celles du choeur, notamment, sont peut-être uniques en France par l'abondance et le symbolisme de leur décoration (festons, entrelacs, nervures, bâtons croisés et médaillons...) qui va bien au-delà du simple décor floral ou architectural.

eglise_sainte_marie-madeleine_voutesDepuis l'arc triomphal, barrant l'entrée du choeur, jusqu'à l'abside, les arcs-doubleaux sont décorés de niches sculptées et peuplées de statuettes évoquant une double marche triomphale et progressive : vers l'ordre divin, d'abord, à travers la représentation des Pères de l'église, des Prophètes, des Saints et des anges...puis vers l'ordre royal, avec la présence de blasons et d'écus appartenant à la famille d'Halluin, pour se terminer par la représentation de cordelières, d'hermine, de porcs-épics et de lys, emblèmes du royaume de France sous Louis XII et Anne de Bretagne.

Le Choeur

Si abondamment sculpté et séparé à l'origine du reste de l'église par un jubé, était destiné à être le sanctuaire de la famille d'Halluin où reposent effectivement certains eglise_sainte_marie-madeleine_choeurde ses membres. Les clés de voûtes pendantes du choeur, qu'on pouvait comparer à des stalactites, ont été coupées, sans doute à cause de leur poids et de l'obscurité qu'elle provoquaient dans l'église ; elles portaient des statues sous des dais dont il ne reste plus que la coupole. Enfin sur les clés de voûte de la nef on relève les chiffres de Louis d'Halluin et de son épouse, Anne de Ghistelle, bâtisseurs de l'église.

Le Retable

Il fut classé par arrêté du ministère de l'Instruction Publique et des Beaux Arts en date du 14 juin 1893.

Avant qu'il ne soit saccagé au cours du vol des 27 et 28 décembre 1973, le retable de l'église Sainte Marie-Madeleine était considéré comme l'un eglise_sainte_marie-madeleine_retabledes plus importants et des mieux conservés. Il comportait dans sa partie supérieure trois grandes scènes sculptées ; le portement de la Croix, le crucifiement et l'ensevelissement.

Au dessous, on distinguait cinq petites scènes sculptées, de gauche à droite ; l'Annonciation, la Nativité, la Circoncision, l'Adoration des Mages, et l'arbre de Jessé. Enfin, cette oeuvre sculptée d'une très grande richesse était fermée par quatre grands volets peints et deux plus petits pour la partie haute, représentant des scènes de la vie de Jésus.

Quelques sculptures découpées et volées ont été retrouvées en Belgique en 1990 chez un antiquaire et ont été rachetées par la commune avec l'aide du District, du Département, de l'Evêché et du Ministère de la Culture.

Les Chapelles superposées

eglise_sainte_marie-madeleine_chapellesOn peut remarquer enfin, à gauche dans le choeur, les deux Chapelles superposées du Château qui s'ouvrent du côté de l'Evangile ; celle du bas comporte une cheminée monumentale aux armes de la famille de la Rochefoucault, propriétaire du château du XVIIIème et XIXème siècles. A l'origine, la chapelle seigneuriale était la chapelle haute, reliée au château par une passerelle aérienne, c'est elle que l'on aperçoit, avec une grille, au-dessus de la chapelle basse. Toute cette partie de l'église est probablement la plus ancienne, construite dès 1488 sur les restes d'une église primitive plus ancienne.

Société Historique de Maignelay-Montigny


Agenda

18
Août, 2017
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31